[Avis] Assassin’s Creed IV : Black Flag

Je n’ai jamais accroché à la licence Assassin’s Creed. Je n’arrivais jamais à faire ce que je voulais avec le héros… Quand je regardais les vidéos, ça donnait envie, mais manette en main, je n’arrivais pas à faire ce que je voulais. Bref, j’ai lâché la licence depuis le deuxième épisode. Dans Assassin’s Creed IV : Black Flag, l’esprit pirate m’attirait énormément, alors pourquoi ne pas laisser une nouvelle chance à cette série.

L’histoire est divisée en 2 parties. Il y a une partie futuriste où vous incarnez un joueur engagé par Abstergo Entertainment – une filiale d’Abstergo Industries. Votre travaille consiste à utiliser l’Animus et à examiner les souvenirs de Desmond Miles et ses ancêtres. De l’autre côté, vous êtes Edward Kenway, le grand-père de Connor. Échoué sur une île après une bataille navale, vous vous retrouvez face à l’ennemi Duncan Walpole. Après un combat intense, vous tuez Duncan et vous récupérez sa tenue d’assassin, ainsi qu’un mystérieux objet qu’il devait remettre au Gouverneur de La Havane. Edward espère récupérer un bon paquet d’or.

J’ai toujours eu du mal à comprendre les scénarios des Assassin’s Creed. On dirait que les développeurs cherchent à faire compliquer sur des choses simples. Je trouve que la partie futuriste est très soporifique. Si cette partie n’existait pas, ça serait pareil. Par contre, la partie avec Edward est plus sympa. L’idée « Pirates des Caraïbes » promet pleine de choses, mais le scénario reste trop simple à mon goût et il ne décolle jamais…

Assassin’s Creed IV : Black Flag est le premier épisode à sortir sur PS4. Le jeu est sorti en même temps que la console et il envoie du lourd. Les graphismes sont magnifiques et le côté « Pirates des Caraïbes » permet d’avoir des prises de vue époustouflantes. De plus, on a le droit à une météo dynamique sur terre, mais aussi sur mer. Imaginez-vous à bord de votre bateau sur une mer calme, puis au loin des éclairs menaçant. D’un coup, la mer qui s’agite de plus en plus forte. Le bateau tangue de partout jusqu’à l’arrivée d’une tornade… Un vrai plaisir, on est obligé de s’y croire !

Assassin’s Creed IV : Black Flag n’est pas exempte de défauts. On peux toujours critiquer les couleurs un peu trop flashy, les bateaux et personnages qui apparaissent et disparaissent et les quelques bugs collisions surtout pendant les combats des phases d’abordage. Globalement, Assassin’s Creed IV : Black Flag envoie du lourd et fait un quasi parfait !

Comme dit plus haut, j’ai toujours eu un problème avec la maniabilité d’Assassin’s Creed. Dès que j’ai joué à Assassin’s Creed IV : Black Flag, j’ai senti que la prise en main allait être plus facile. Le héros répondait parfaitement à mes demandes sans problème. Il faut simplement prendre son temps et de ne pas matraquer les touches de la manette. Dès qu’on a compris la prise en main, c’est un vrai plaisir de bondir d’arbuste en arbuste en tuant ses cibles d’une rapidité à toute épreuve ! Par contre, je trouve les combats trop sommaire. Dommage qu’Ubisoft ne s’inspire pas des combats de Batman Arkham Asylum.

Vous n’allez pas vous ennuyer, car Assassin’s Creed IV : Black Flag va vous proposer de nombreuses activités comme la chasse sur terre et en mer, des collectibles,  trésors engloutis, missions annexes… Et vous serez équipé comme il se doit avec épées, pistolets et même la nouveauté, une sarbacane permettant d’endormir ou de rendre folle de rage vos cibles. Il sera aussi possible de se balader en bateau sur toute la carte. On peut attaquer des bateaux pour voler leurs biens, mais aussi garder le bateau ennemis en état pour qu’il rejoigne votre flotte. Avec ces bateaux, il sera possible de les envoyer en mission pour amasser encore plus d’argent.

Assassin’s Creed IV : Black Flag vous proposera un plaisir varié, car même si les missions solos peuvent être répétitives, vous pouvez toujours faire une des nombreuses activités proposées.

Assassin’s Creed IV : Black Flag est entièrement en français. Le doublage est de qualité avec des doubleurs connus comme Sylvain Hétu ou Jean-François Beaupré. La musique est signée Brian Tyler. On lui doit des compositions pour de nombreux blockbusters comme Iron Man 3, Expendable 3 et le futur Avengers : Age of Ultron. Les musiques reflètent bien l’esprit pirate du titre. Dommage que les musiques ne ressortent pas comme il se doit à cause d’un scénario anecdotique.

Assassin’s Creed IV : Black Flag est très facile. Les checkpoints sont nombreux. On revit souvent juste avant qu’on soit mort. Le problème est que tous les ennemis sont en vie même ceux qu’on a tués avant le checkpoint. J’ai mis un peu plus d’une vingtaine d’heures pour finir le solo et faire quelques missions annexes. Il faudra compter facilement une quarantaine d’heures pour avoir le platine. Par contre, je trouve ça dommage qu’il n’est pas nécessaire de tout faire pour le platine, car certains ensembles de missions permettent de gagner uniquement un nouveau costume qui n’apporte pas grand chose pour avancer dans le jeu.

Les développeurs proposent aussi un mode multijoueurs. On retrouve les mode multijoueurs des précédents opus avec de nouvelles cartes et de nouveaux personnages. La nouveauté reste les missions en coopération scénarisées, ainsi qu’un mode laboratoire où il est possible de paramétrer une partie dans les moindres détails.

« Grâce à Assassin’s Creed IV : Black Flag, Ubisoft a réussi à me faire aimer la licence Assassin’s Creed. Je ne dis pas que le jeu est parfait, mais il propose de nombreux atouts. Par contre, il reste encore énormément de travail concernant le scénario… »

Recent Posts

Laissez un commentaire