[Avis] Batman : Arkham Origins

Pour chaque sortie d’un Batman, c’est un peu le mini événement dans le monde vidéoludique et tout ça on le doit à Rocksteady Studios avec leur Batman : Arkham Asylum et Batman : Arkham City. Pour ce nouvel opus, la Warner Bros. Interactive Entertainment laisse de côté les anglais de chez Rocksteady Studios pour donner le développement de Batman : Arkham Origins à Warner Bros. Games Montréal à qui l’on doit Batman : Arkham City – Armored Edition sur Wii U.

Batman : Arkham Origins est une préquelle, ce qui veut dire que l’histoire se déroule cinq ans avant Batman : Arkham Asylum. Dans cette épisode, Batman est jeune et n’a pas beaucoup d’expérience. La veille de Noël, il chasse Black Mask, le chef de la mafia de Gotham City. Pour ralentir la chauve-souris, Black Mask engage huit assassins et offre 50 millions de Dollars à celui qui le tue. Batman rencontre aussi un nouvel ennemi différent des autres qui n’est autre que le Joker.

Test de Batman Arkham Origins sur PS3

Dans cet opus, le célèbre scénariste Paul Dini, à qui l’on doit plusieurs séries animées très populaires comme Batman: The Animated Series, ne s’occupe plus de l’écriture du scénario et laisse sa place à Dooma Wendschuh et Corey May avec la participation de DC Comics et Geoff Johns. Les scénaristes sont inspirés de Batman : Legends of the Dark Knight et Batman : Year One retraçant la première année de la carrière de Batman. Batman : Arkham Origins est considéré comme la deuxième année. Les scénaristes s’inspirent partiellement des comics Batman : The Man Who Laughs, Batman : Turning Points et Batman : The Long Halloween pour la relation entre Batman et le Joker, mais aussi Batman et le commissaire Gordon, ainsi que la période des fêtes de Noël.

Le scénario propose quelques rebondissements. J’ai bien aimé cette relation entre Batman et le Joker, mais celle-ci prend trop d’ampleur dans le scénario et le reste est trop soporifique. J’aurais aimé un peu plus de profondeur sur les huit assassins, car certains pouvaient sortir du lot comme Deathstroke. De plus, on ne rencontre pas tous les assassins dans la trame principale et les combats contre certains sont trop banals. On aime tout de même se balader dans la ville même si ce n’est que celle de Batman : Arkham City. Question originalité, on repassera…

Test de Batman Arkham Origins sur PS3

Cette ville est tout de même fort monotone. Il n’y a pas beaucoup de vie à part quelques groupes ennemis et policiers qui discutent entre eux. A part ça, c’est le calme plat. Il ne faut pas rêver avoir une ville riche en animation comme on peut voir dans un GTA. Batman : Arkham Origins reste tout de même un jeu très beau à regarder surtout pendant ses scènes cinématiques. Il y a tout de même de nombreux bugs comme des scripts qui ne se lancent pas, ou Batman qui traverse le décor et tombe dans une chute sans fin… Bizarre d’avoir tous ces bugs, car Warner Bros. Interactive Entertainment avait annoncé en janvier 2013 que le jeu était considéré comme achevé à 80% et que les développeurs utilisaient le reste du temps de développement pour affiner le jeu…

On aura de nombreuses choses à faire dans cette ville à côté de l’histoire principal. Il y aura de nombreuses quêtes annexes comme les traques de divers ennemis avec par exemple les collectibles d’Enigma, résoudre diverses affaires criminelles grâce à la vue détective, et des multiple défis dans la Batcave. Heureusement, on peut se déplacer rapidement de quartier en quartier avec la batwing. A ça, on rajoute quatre titres de justicier composés de quinze rangs chacun à faire dans l’ordre dans la trame principale. Le premier titre de justicier est lié aux enquêtes, le deuxième à des objectifs à faire dans la ville, le troisième aux combats et le quatrième aux passages prédateurs. Grâce à tout ça, vous gagnerez de l’expérience permettant d’acheter de nombreux coups spéciaux et des gadgets. Il vous faudra environ quinze heures pour faire le jeu en ligne droite et le double ou plus si vous faites les quêtes annexes. Si vous vous voulez avoir le platine, il faudra refaire le jeu en nouvelle partie + et ensuite faire le mode Je suis la nuit qui est identique à la nouvelle partie + à part que si vous mourrez, c’est fini. Il faudra jouer avec sa sauvegarde sur une clé USB.

Test de Batman Arkham Origins sur PS3

Batman : Arkham Origins garde les bases de ces homologues soit un mélange d’énigmes, de combats et de furtivités. Warner Bros. Games Montréal n’a pas modifié le système de combat et heureusement, car celui-ci est toujours au top avec un mélange d’action et de technique. Il ne faut pas appuyer comme un bourrin sur Bouton carré PS3, mais attaquer au bon moment et faire attention quand l’adversaire vous attaque pour contre attaquer en appuyant sur Bouton triangle PS3. On peut faire de multiples combos avec les gadgets et les coups spéciaux, mais il faudra un certains temps d’adaptation. Warner Bros. Games Montréal rajoute tout de même de nouveaux ennemis et de nouvelles animations de combats par rapport aux décors et aux armes équipant les ennemis.

Pour la première fois, Warner Bros. Games Montréal propose un mode multijoueurs. Il est développé par Splash Damage. On leur doit le jeu Brink. On ne peut pas dire que c’est une franche réussite. L’idée au départ est très bonne. Il y a trois factions, les héros (Batman et Robin), la bande de Bane et la bande du Joker. Les deux bandes s’entretuent ou prennent des points de contrôle pour faire baisser le nombre de tickets de l’adversaire. Dès que le nombre de tickets adverse atteint zéro et que les ennemis sont tous morts, l’autre bande gagne la partie. Attention, Batman et Robin peuvent jouer les troubles fêtes dans cette guerre entre ces deux bandes, car les héros peuvent aussi gagner la partie en assommant des ennemis dans les deux camps. Cela va faire monter la barre de crainte et si elle atteint 100% les héros ont gagné. Par contre, si Batman ou Robin se font tuer la barre redescend.

Test de Batman Arkham Origins sur PS3

Au fur et à mesure que vous jouez avec deux bandes, vous allez débloquer de nouvelles armes. Par contre, Batman et Robin ont déjà tout leur équipement au départ et ils peuvent se cacher sur les gargouilles ou dans les trappes pour effectuer des éliminations silencieuses. Pour intensifier le jeu, à un certain moment, il est possible de libérer le méchant de chaque clan soit Bane ou le Joker. Bane est tout de même bien plus dur à tuer, car il peut courir indéfiniment et il a une sacrée allonge avec son bras permettant de chopper rapidement les ennemis pour les tuer.

Le mode multijoueur propose un seul mode de jeu sur seulement 4 cartes. A cause du faible nombre de cartes et le seul mode de jeu disponible, on fait vite le tour. Certaines options sont très mal pensées comme par exemple pour changer d’arme principale, on est obligé de sortir du salon multijoueurs. De plus, de nombreux joueurs ont eu des bugs sur la perte d’expérience. Moi même, j’ai perdu au moins 30 niveaux, car l’hôte a quitté la partie… C’est des problèmes qu’on ne devrait plus voir sur un jeu next-gen…

Batman : Arkham Origins est entièrement en français. Le doublage est de qualité. Par contre, je suis déçu de ne plus entendre Pierre Hatet qui s’occupait du doublage du Joker. Il a laissé sa place à Stéphane Ronchewski qui l’on doit le doublage du Joker dans le film The Dark Knight. Il y a aussi du côté sonore quelques bugs surtout lors des phases de déplacement avec la Batwing.

« Se basant sur le bon travail de Rocksteady Studios, Warner Bros. Games Montréal nous propose un bon Batman, mais les développeurs ne se mouillent pas en proposant peu de nouveautés. Par contre, ils se font extrêmement plaisir, voir trop sur les quêtes annexes. Sinon, on oubliera le mode multijoueurs… catastrophique… »

Recent Posts
Voici les 6 commentaires
  • Cyril
    Répondre

    Très bon test, bien détaillé. J’ai touché une fois au online et le solo je l’ai trouvé bon mais sans plus. Vivement une version next-gen de Batman par Rocksteady.

  • flicaillon
    Répondre

    Bah la license batman est toujours gage de qualité. On peut acheter les yeux fermés comme les cd de mylene Farmer (ben oui je suis fan mais euh)

  • GoldenGeek
    Répondre

    Bon test, j’adore cette licence ! Je trouve que WB Montréal a fait un bon boulot (hormis quelques bugs agacants, comme tu le soulignes…) dans la lignée de Rocksteady !

  • NeoDandy
    Répondre

    Je ne crois pas avoir trouvé de réponse à ma question dans le test c’est pourquoi je la pose maintenant : un pass en ligne est nécessaire pour ce jeu ? Je ne m’en souviens plus ?

    • Mr_Seb
      Répondre

      @neodandy Non je ne pense pas qu’il y a de pass online.

      • NeoDandy
        Répondre

        J’ai trouvé la réponse: il n’y a effectivement pas de pass pour jouer en ligne! Merci ! ;)

Laissez un commentaire