[Test] DOOM

DOOM a toujours été mon FPS quand j’étais petit. Je regardais mon grand frère jouer sur Super Nintendo, puis sur PlayStation. Maintenant, les FPS sont devenus une catégorie de jeux à part entière. De nombreux jeux ont réussi à s’initier en haut du podium comme la série Call of Duty. Il faudra batailler dur pour que DOOM s’incruste dans la compétition… 

SCÉNARIO/GAMEPLAY

DOOM est un reboot de la version originale. Vous êtes un Space Marine sur Mars. Vous vous réveillez, attaché à un autel dans une salle de la compagnie UAC remplie de démons. Après que vous soyez libéré, vous vous rendez compte qu’Olivia Pierce, un agent de l’UAC est en train d’ouvrir un portail entre Mars et les Enfers. Vous allez tenter de l’arrêter.

Difficile de faire un scénario accrocheur de DOOM. Le plaisir du jeu ne brille pas dans son scénario, et je m’en doutais. J’ai tout de même été très surpris par la narration. Id Software a tout de même fait un travail sympa. La première partie est accrocheuse, car on se ballade sur Mars. Par contre, la deuxième partie du jeu est tout de même assez longue avec une grosse partie dans l’Enfer. Globalement, le scénario de DOOM est ultra simple, mais j’ai été globalement satisfait par le travail effectué pour un scénario datant de 1993.

Gameplay DOOM - Mes premiers pas

DOOM est synonyme de gunfight ultra-violent en tout genre. On retrouve les armes qui font le bonheur des joueurs de DOOM comme le double shotgun, la mitrailleuse rotative… La plupart des armes possèdent deux modes alternatifs qu’il faudra trouver dans le jeu. Par exemple, le shotgun peut être équipé d’un lance grenade ou peut tirer 3 coups en même temps. Il est même possible d’améliorer son armure pour récupérer plus de santés, d’armures ou de munitions. Le gameplay reste le même que dans les années 90. On nettoie une salle permettant d’activer une porte pour récupérer une carte et ainsi de suite… Pour l’originalité, on repassera mais putain… quel défouloir ! De plus, id Software a mis en place une sorte de finish him appelé « Glory Kill ». Dès que l’ennemi titube, il change de couleurs. Vous aurez un temps donné pour courir vers l’ennemi pour l’achever d’une façon très classe.

SON/GRAPHISME

DOOM explose la rétine ! Le jeu est speed, ça explose de partout et ça tourne en 1080P/60FPS. On a le droit à de jolis panoramas sur Mars ou dans les enfers. Le level design colle bien à l’univers du jeu. Les développeurs se sont lâchés dans le gore comme pour les effets sonores. Pour la musique, il faut aimer le style hard rock, heavy metal…

Gameplay DOOM - La boucherie

DURÉE DE VIE/REJOUABILITÉ

J’ai fini le jeu en moins de 10 heures en mode difficulté « fais-moi mal ». Comme dit plus haut, la première partie est très sympa. Par contre, la seconde partie dans les enfers est un poil longue. Je voulais vraiment que ça se termine, car je commençais en avoir un peu marre à la longue. Le jeu propose un mode multijoueurs 6 vs 6. Tout est vu et revu avec expérience, personnalisation… La chose sympa est qu’il est possible de se transformer en démon en ramassant une rune sur la carte permettant de prendre un sacré avantage.

Un mode snapmap permet de créer ses propres cartes avec de nombreux paramètres. Les professionnelles du genre seront ravis. Personnellement, je ne suis pas fan, mais je prends du plaisir à tester les meilleurs cartes.

DOOM est une vrai réussite. Id software  a réussi son challenge avec le reboot d’une licence phare. Un sacré défouloir remis au goût du jour !

Note 8 sur 10

Note : 8/10

Avis réalisé via un jeu presse envoyé par l’éditeur

amazon_commanderfnac_commander

Sujets Recommandés
Voici les 3 commentaires
  • alex
    Répondre

    bel article :-)

  • Mr_Seb
    Répondre

    @alex Tu devrais essayer un jeu au top !

  • Alex
    Répondre

    Avec les enfants qui sont là souvent quand je joue ca risque d etre un peu périlleux mais ton test m as donner envie de me défouler dessus :-)

Laissez un commentaire